Forum de discussion sur le paganisme moderne et antique.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Site en ligneSite en ligne  
Ethique du forum
Respectueux de l'individualité humaine, nous ne tolèrerons au sein de ce forum aucun propos à nature raciste, sexiste, homophobe ou issus de quelque idéologie discriminatoire.
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 99 le Jeu 22 Jan - 21:02
Derniers sujets
Sujets les plus actifs
Groupe, chansons du moment...
Jésus, ce Dieu Païen inconnu...
Les cercles féminins dianisants mais pas que
Histoire
Une France païenne et démocratique est-elle possible ?
Communauté Facebook!
Monothéisme et polythéisme
Rien que pour le fun....
intéressant
Que sont les Dieux pour vous?
Articles
Le Paganisme
Numinisme
Eusebeia
Les Muses
Hymnes
Kalathema Eusebeia
Exemples de Cérémonie
Athena par Walter Otto

Partagez | 
 

 Les mystères de nos régions - L’impitoyable dragon de la Dordogne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roxappho
Nymphe fantasque
Nymphe fantasque
avatar

Féminin féminin Age : 32
Nombre de messages : 2860
Localisation : Guyenne
Date d'inscription : 10/03/2009

MessageSujet: Les mystères de nos régions - L’impitoyable dragon de la Dordogne   Sam 7 Aoû - 20:28

Source: http://www.francesoir.fr/vie-quotidienne/les-mysteres-de-nos-regions-l-impitoyable-dragon-de-la-dordogne



Les mystères de nos régions - L’impitoyable dragon de la Dordogne



Juliette Demey 06/08/10 à 06h50

Le coulobre, un monstre démesuré, a longtemps hanté les berges de la rivière. Si la légende remonte au Moyen Age, la région entière en porte encore les traces.
D’étranges rochers affleurent à la surface, troublant les eaux paisibles de la Dordogne. Fins et allongés, ils semblent sculptés au scalpel par la main d’un géant. Nous sommes à Lalinde, un bourg de 3.000 âmes en amont de Bergerac. Une jolie église, de charmantes maisons, des vestiges de remparts, l’été venu, cette région du Périgord attire des milliers de touristes. Mais ne vous fiez pas à ce calme de carte postale. Dans les entrailles de la rivière sommeille en effet le souvenir d’une bête monstrueuse. Regardez de plus près ces mystérieux rochers. Une simple fantaisie de la nature ? Peut-être pas ! A en croire les habitants du cru, ils constitueraient les restes du squelette d’un dragon.

Des dizaines de disparus

Ou plutôt, de celui du coulobre – couleuvre en langue d’oc. Prononcé avec cet accent rocailleux et chantant du coin, ce seul mot fait frémir. Car l’animal, aussi appelé « gratusse », aurait englouti des dizaines d’innocents. Arborant une tête de dragon, un corps allongé comme celui d’un serpent, il était doté de pattes griffues, si grandes qu’il pouvait enjamber la rivière. A la hauteur de Lalinde, celle-ci fait bien cent pas de large ! Il se tapissait dans une grotte au milieu de coteaux boisés, sur la rive gauche. Ses proies de prédilection : les gabariers, ces marins d’eau douce qui descendaient la Dordogne dans leurs embarcations à fond plat chargées de bois. D’un coup de queue, le coulobre s’enroulait autour du bateau avant d’entraîner ses occupants dans les profondeurs de la rivière ou dans son antre pour les dévorer. Mais la « bestiole » montrait autant d’appétit pour les jeunes lavandières qui venaient sur ces rives que pour les égarés.

L’apparition du dragon de la Dordogne remonte au Moyen Age. La rivière est alors une voie de communication essentielle entre le Massif central et Bordeaux. Aucun barrage ne régule son cours. « Les ponts que l’on connaît aujourd’hui nous donnent une idée du volume des flots. Entre les hautes et les basses eaux, l’amplitude était de 15 mètres ! », relate Daniel Chavaroche, un conteur local. « A l’époque, deux passages se révèlent particulièrement dangereux pour les gabarriers », poursuit-il. Le premier est un rapide, à la hauteur du petit port de Lalinde. Des marches géologiques y créent un courant très vif sur des dizaines de mètres. Autre passe délicate : les « pesqueyroux », des pieux plantés par les pêcheurs pour amarrer leurs filets et capturer les saumons dont regorge la rivière. Autant d’obstacles pour les bateliers, du haut de leurs embarcations très instables. Au fil de l’eau, les disparus s’accumulent.

Un saint appelé en renfort

« Le mythe du monstre est sans doute né de cette réalité topographique », décrypte Yan Laborie, conservateur au musée de Bergerac. Car les récits terrifiants apparaissent au moment même où le pouvoir religieux entend se départir du paganisme. Le dragon fournit une explication parfaite pour justifier ces accidents et ces disparitions de vierges innocentes. Comment le terrasser ? Les religieux ont leur petite idée : « Entre le VIIIe et le Xe siècle, le Périgord s’est ainsi “trouvé” un saint, qui appartenait sans doute déjà au fonds païen local, saint Front », résume Yan Laborie. Appelé en renfort, il combattra le dragon à l’épée, près de Lalinde. Selon les versions, la bête serait retombée dans la rivière, engendrant une crue historique. Dans sa chute, elle aurait aussi formé le rapide surnommé aujourd’hui Saut de la Gratusse. D’autres préfèrent croire que le coulobre serait retourné d’où il venait : des Enfers.

La légende porte ses fruits. Devenu évêque de Périgueux, saint Front y est honoré par la construction d’une cathédrale. Sur un promontoire dominant la rivière, en face de Lalinde, on lui érige une petite chapelle – bâtie du VIIIe au XIIe siècle. Dès lors, pour éviter de réveiller le coulobre, les marins apeurés s’y signeront à chaque passage. Et le dragon ne sévira plus. Pour parer aux deux passes dangereuses sur la Dordogne, on entreprend la construction d’un canal. Achevé à la fin du XIXe siècle, il n’a jamais servi, rendu caduc par l’arrivée du chemin de fer. Quant aux gabarriers, leur activité déclinera jusqu’en 1850, pour cesser dans les années 1920.

Le coulobre réapparaît

Aujourd’hui, si le coulobre ne hante plus les profondeurs du fleuve, il serpente dans l’imaginaire de la région. « Quand ma grand-mère était petite, on racontait encore qu’il mangeait des vaches à Lalinde », s’amuse l’érudit Yan Laborie. L’environnement splendide de la région se prête à un jeu de piste grandeur nature, sur les traces de son passage (voir encadré). Entretenue avec gourmandise par les anciens, la légende a même été remise au goût du jour par Epidor, l’établissement public chargé de la protection de la Dordogne, qui en a fait son emblème. « C’est le dragon qui revient pour défendre la rivière, qui crache le feu pour donner des leçons sur la préservation de ses rives », s’amuse Guy Pustelnik, le directeur d’Epidor. Aujourd’hui, 300.000 canoës descendent le cours d’eau chaque année, sans craindre le serpent maléfique. Et pourtant, « on affirme que le coulobre réapparaît dans des conditions très particulières », lance le conteur Daniel Chavaroche. Plus exactement « au cours de nuits très arrosées… ». Ces soirs-là, mieux vaut ne pas s’aventurer sur les berges de la Dordogne, c’est certain.

Balade sur les traces du coulobre

Pour vous rendre à Lalinde. De Bergerac, prendre la D660 (environ 25 km). A voir : le rapide du Saut de la Gratusse, la chapelle Saint-Front de Colubry. Fête médiévale le 19 août. Renseignements : 05.53.61.08.55
Dans les environs. A Bergerac : les armes de la ville mettent en scène un dragon ailé. A Périgueux : la cathédrale Saint-Front et le retable sculpté de l’église Saint-Etienne de la cité. Près de Spontours, un rocher porte son nom. Sur une maison de Mauriac, comme dans un cloître de Cavagnac (Lot), des sculptures à son effigie. Descente de la rivière en gabarre. Office de tourisme de Dordogne : 05.53.35.50.24

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Penthésilée ou Sappho ?

«Pour moi, la plus belle des choses, c'est de voir quelqu'un aimer quelqu'un.»
[Sappho]
Revenir en haut Aller en bas
http://penthesilee.wordpress.com/liste-des-articles/
Dagon
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Masculin Age : 27
Nombre de messages : 163
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 26/05/2010

MessageSujet: Re: Les mystères de nos régions - L’impitoyable dragon de la Dordogne   Mer 11 Aoû - 4:39

une légende assez sympathique

mais ca sent le plagiat sur Saint George
Revenir en haut Aller en bas
Fafnir
Demi-Dieu
Demi-Dieu
avatar

Masculin Age : 26
Nombre de messages : 305
Localisation : Wissembourg (Alsace)
Date d'inscription : 06/06/2010

MessageSujet: Re: Les mystères de nos régions - L’impitoyable dragon de la Dordogne   Mer 11 Aoû - 14:32

ça ressemble auss à la Tarasque.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les mystères de nos régions - L’impitoyable dragon de la Dordogne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les mystères de nos régions - L’impitoyable dragon de la Dordogne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lumière et Sagesse du Paganisme :: Divers - La taverne-
Sauter vers: